AC

Max Klinger

Intermezzi, Opus IV, Blatt 5

1881

Cependant, malgré le mérite de ces divers ouvrages, il faut bien reconnaître que c’est dans ses dessins ou ses gravures que Klinger manifeste le mieux sa supériorité. On sent que c’est là son véritable domaine parce qu’il y trouve les procédés les plus propres à la complète expression de sa pensée. […] On comprend qu’un art aussi laconique exige de toute nécessité des pensées claires et tire son prix de la netteté, de la précision des formules. Cette contrainte même devient un stimulant pour un artiste tel que Klinger et l’on est étonné de ce qu’il a su enfermer de signification dans un simple contour. Qu’il s’agisse d’histoire ou de légendes, de scènes contemporaines ou de fables mythologiques, d’allégories ou d’épisodes tirés de la Bible, il montre avec un égal succès l’ingéniosité ou la singulière puissance de ses créations. […] Plusieurs feuilles du recueil Intermezzi sont consacrées à la vie des Centaures, à leurs luttes épiques : à leurs courses désordonnées parmi les hautes herbes, acharnés à la poursuite de cavales sauvages, ou bien grisés de mouvement, franchissant les cours d’eau impétueux ou les montagnes abruptes ; dans leurs enivrements nous retrouvons quelque chose des élans grandioses de ce poème du Centaure de Maurice de Guérin ; un de ses morceaux littéraires les plus accomplis.

Intermezzi, Opus IV, Blatt 5

Collection: Kunsthalle Karlsruhe
Dimensions: 443 x 610 mm
Text: Émile Michel, Max Klinger et son œuvre, 1894


Posted: January 2018
Category: Academia

Source