ES

Dany-Robert Dufour

La Cité perverse

2009

Cette tolérance de l’art contemporain pour le n’importe quoi n’est pas si anodine qu’elle y paraît. Notamment au plan politique. En effet, l’extension de la tolérance pour l’insignifiance, prônée par l’art contemporain, conduit à la nécessité impérative de devoir tout tolérer, y compris l’intolérable. Comment ne pas voir que cet ultradémocratisme est exactement ce qui peut directement conduire à la tyrannie — on sait d’ailleurs possible cette conversion de la démocratie en tyrannie depuis les livres VIII et IX de La République de Platon. Ici, au nom même de la liberté d’expression, les propositions les plus intolérables devront être acceptées sans broncher.


Posted: October 2018
Category: Essays

Source